Prévenir le « point de non-retour » de l’incontinence

(EN) — Chez certaines personnes souffrant d’hyperactivité vésicale (HV), les symptômes vont bien au-delà d’une simple envie constante et impérieuse d’uriner. L’HV est un trouble chronique débilitant qui peut avoir des répercussions négatives considérables sur la qualité de vie d’une personne. Des symptômes comme la depression, les troubles du sommeil et la dégradation de l’estime de soi sont souvent observés et peuvent entraîner les personnes qui en souffrent à adopter certaines habitudes (limiter leurs activités sociales, par exemple) ou à avoir l’impression de perdre le contrôle.

L’HV est un trouble symptomatique caractérisé par une envie soudaine et impérieuse d’uriner qu’il est difficile de contrôler et d’ignorer. Elle peut entraîner un écoulement involontaire d’urine appelé incontinence.

On estime que 2,9 millions d’hommes et de femmes sont atteints de ce trouble au Canada, et que ce dernier serait plus répandu chez les patients plus âgés des deux sexes.

Selon un rapport de la Fondation d’aide aux personnes incontinentes du Canada intitulé Répercussions de l’incontinence au Canada, l’incontinence urinaire est considérée comme le « point de non-retour » dans la prise de décision des proches aidants de placer une personne plus âgée en institution. Les professionnels de la santé affirment toutefois qu’en dépit du fait qu’elle soit courante chez les personnes âgées, l’incontinence n’est pas une conséquence inévitable du vieillissement, et donc qu’elle peut et devrait être traitée.

L’HV peut être traitée de plusieurs façons, qui vont des techniques comportementales, comme l’entraînement de la vessie et le contrôle de l’ingestion des liquides, à la médication. Cependant, tous les patients ne réagissent pas de la même façon à une médication donnée. Certaines personnes peuvent observer un soulagement rapide de leurs symptômes, tandis que d’autres ne verront un changement qu’après plusieurs semaines. Grâce à l’arrivée d’un nouveau médicament appelé Myrbetriq, le premier traitement novateur à être mis en marché depuis 30 ans, davantage d’options s’offrent maintenant aux gens souffrant d’hyperactivité vésicale.

« L’HV constitue tout un enjeu, explique le Dr Luc Valiquette, spécialiste en chirurgie urologique à l’Université de Montréal. Elle peut miner le bien-être émotionnel, social et même économique d’une personne. Il est alors important d’avoir accès à de nouveaux médicaments qui peuvent non seulement aider à gérer les symptômes, mais aussi à minimiser les répercussions négatives que peut avoir l’HV sur la qualité de vie d’un patient. »

Le médecin souligne que grâce à l’arrivée du Myrbetriq, les personnes souffrant d’HV ont maintenant plus de possibilités que jamais de trouver le traitement qui leur convient le mieux. Il est vendu sur ordonnance dans les pharmacies partout au Canada.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s