Il est facile de réduire le stress associé aux finances personnelles


(EN) Il est possible d’éliminer beaucoup de stress en accordant une plus grande attention à nos finances personnelles, selon un porte-parole des Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada).

« Les décisions financières comptent », explique Nicholas Cheung, CPA, CA, directeur à CPA Canada.

Selon un sondage national mené en 2012, ceux qui surveillent de près leur budget et le respectent sont moins susceptibles de se sentir stressés. L’étude montre que près de la moitié des répondants qui s’en tiennent toujours à leur budget ont quand même des soucis financiers, contre les deux tiers des répondants qui n’ont aucun budget ou qui dépassent parfois leurs limites budgétaires.

« Avoir un budget n’élimine pas nécessairement le stress financier, mais contribue certainement à le réduire, souligne Nicholas Cheung. Une bonne façon d’avoir l’esprit tranquille est d’investir temps et énergie dans la gestion de vos finances personnelles. »

Le site http://www.lesavoirfinanciercompte.ca offre d’autres conseils à ce sujet.

http://www.leditionnouvelles.com

Advertisements

Des conseils d’experts pour que finances riment avec confiance


(EN) Ça vous dit quelque chose? « J’ai un bon salaire, mais j’arrive tout juste à garder la tête hors de l’eau. Mais où va mon argent? »

Nous sommes nombreux à nous reconnaître dans ces propos, mais il y a moyen de faire autrement. Une vaste initiative sur le terrain, coordonnée par les Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada), a été lancée pour aider les résidents de toutes les régions du pays à renforcer leurs compétences financières.

Cette initiative de sensibilisation – Contact collectivité – fait appel à l’expertise de comptables professionnels chargés d’animer des séminaires d’éducation financière dans leurs collectivités respectives.

« C’est très encourageant de voir l’intérêt suscité chez ceux qui sont prêts à aider bénévolement les gens à se sentir plus à l’aise en matière financière », a dit Cairine Wilson, vice-présidente, Services aux membres, CPA Canada.

L’objectif de Contact collectivité est simple : offrir des séances d’information gratuites, objectives et conviviales à tout groupe ou organisme qui en fait la demande, sans commissions, frais ni obligations; en fait, la priorité est de présenter des séances aussi neutres qu’utiles. « Les gens cherchent les conseils d’une personne intègre et impartiale », explique Gord Higgins, CPA, CA, l’un des bénévoles.

CPA Canada a produit du matériel pour aider les bénévoles intéressés à donner un des huit séminaires suivants : Gestion financière : êtes-vous un bon modèle pour vos enfants?; Comment faire l’éducation financière des enfants; Dix bonnes habitudes de gestion financière; Stratégies fiscales efficaces; Protection contre la fraude d’identité; Stratégies d’épargne; Planification de la retraite; Planification successorale.

Chaque séance dure environ 45 minutes et peut facilement être donnée sous forme de conférence midi ou dans un contexte éducatif, culturel ou récréatif. Les participants ont été impressionnés, et disent avoir vraiment aimé les conseils pratiques reçus.

« La littératie financière aide les particuliers, les familles et les entreprises. Elle crée de la prospérité pour toute la société », ajoute le bénévole Arun Mathur, CPA, CA.

Pour plus de renseignements, écrivez à communityconnect@cpacanada.ca.

http://www.leditionnouvelles.com

Bien gérer son argent


(EN) Comment bien gérer votre argent – Guide pratique pour les Canadiens, une publication primée, veut aider les particuliers à apprivoiser les questions d’argent et à améliorer leur situation financière. Publié par les Comptables professionnels agréés du Canada, ce livre signé par Kelley Keehn aborde les aspects essentiels de la gestion financière. Voici quelques pistes de réflexion.

Des chiffres éloquents :

• Deux conjoints qui gagnent chacun le salaire moyen de 46 000 $ toucheront presque 3,7 millions de dollars durant leur vie active. Pourtant, beaucoup s’inquiètent de leur sécurité financière. La plupart des gens et des familles peuvent faire des choix : il faut donc économiser et dépenser intelligemment.

• Abstraction faite des heures de travail et de sommeil, une personne moyenne est libre 43 % du temps (environ 3 840 heures par an). Pourquoi ne pas vous lever 10 minutes plus tôt ou vous réserver une heure par semaine : un petit effort pour vérifier vos comptes bancaires ou suivre vos achats peut rapporter gros.

• Il n’y a pas de petites économies : 5 $ de moins par jour, c’est 1 825 $ après impôts par année, l’équivalent de vacances gratuites!

Des gestes sensés :

• Notez vos dépenses pendant 30 jours pour savoir où va votre argent. Créez des catégories (logement, divertissements, épicerie, téléphones cellulaires, passe-temps, etc.) pour pouvoir vous situer.

• Taillez dans le gras. La clé, c’est de dépenser moins que vous gagnez.

• Commencez par vous payer vous-même. C’est très important! Fixez-vous un objectif d’épargne, même modeste, et respectez-le.

Comment bien gérer votre argent – Guide pratique pour les Canadiens s’est démarqué sur la scène internationale en remportant un prestigieux prix de l’Institute for Financial Literacy des États-Unis.

Le site http://www.lesavoirfinanciercompte.ca donne des conseils gratuits et indique comment se procurer le livre.

http://www.leditionnouvelles.com

Comptez-vous être plus écologique?

(EN) Le début d’une nouvelle année est le moment idéal pour se fixer des objectifs et se débarrasser de certains vieux comportements. Bien que les résolutions les plus populaires visent le plus souvent à se remettre en forme et à renflouer son compte de banque, cette période de l’année est aussi le moment tout indiqué pour penser à remettre de l’ordre dans son espace personnel et son environnement.

Notre équipe de RecycleYourElectronics.ca, dirigée par Ontario Electronic Stewardship (OES), a glané quelques résolutions que des Ontariens enthousiastes ont formulées à l’occasion de nos collectes dans les collectivités.

1. Je vais débrancher mon chargeur quand je déconnecte mon appareil afin de réduire la consommation d’énergie (car le chargeur consomme de l’électricité aussi longtemps qu’il est branché). 2. Je vais investir dans une barre d’alimentation avec minuterie et arrêt automatique (parce que ce dispositif utilise de l’électricité quand l’appareil électronique reste branché ou est en mode « veille »).3. Je vais désencombrer mes armoires et mes tiroirs de tous les gadgets électroniques que je n’utilise plus ou ne veux plus.4. Je ne vais pas jeter mes vieux appareils électroniques à la poubelle.5. Je vais faire don de mes ordinateurs de bureau et portables, qui sont encore en bon état, à ceux qui en ont besoin.6. Je vais faire reconditionner les ordinateurs de bureau ou portatifs réutilisables ou veiller à ce que leurs pièces en bon état de fonctionnement soient réutilisées. (Visitez RecycleYourElectronics.ca pour trouver un lieu de collecte responsable où l’on s’occupera de réutiliser les produits. Dans le filtre de recherche, vous pouvez demander uniquement les lieux associés à l’icône de réutilisation « Reuse ».)7. Je vais faire l’effort d’aller porter mes appareils électroniques désuets ou brisés à un lieu de collecte responsable et approuvé par OES pour qu’ils soient recyclés. (Visitez RecycleYourElectronics.ca pour obtenir la liste approuvée des appareils électroniques acceptés, et pour trouver le lieu de collecte le plus près de chez vous.)8. J’ai décidé de recycler tout ce qui est recyclable.

« Les Ontariens peuvent faire leur part de bien d’autres façons pour remettre de l’ordre dans leur espace personnel et leur environnement », affirme Sandra Pakosh, directrice des communications à OES. « Cesser d’envoyer ses déchets électroniques aux sites d’enfouissement est une résolution propre et écologique qui aidera à préserver la beauté de l’Ontario en 2014. »

Les appareils électroniques contiennent des matières polluantes qui sont dommageables pour l’eau, les routes et les écosystèmes si elles ne sont pas éliminées de façon appropriée. De plus, ils contiennent des métaux, du verre et du plastique pouvant être transformés en matières premières qui serviront à la fabrication de nouveaux produits. En faisant don d’appareils en état de fonctionnement à des fins de réutilisation ou en les recyclant par l’intermédiaire des fournisseurs de service approuvés par OES, il est encore plus agréable de recevoir et d’utiliser des bidules électroniques.

Le recyclage des appareils électroniques est gratuit et plus facile que jamais. Plus de 96 pour 100 des Ontariens vivent à moins de 10 km d’un lieu de collecte approuvé par OES. Visitez le site http://www.recycleyourelectronics.ca pour trouver le point de dépôt le plus près de chez vous.

http://www.leditionnouvelles.com

Redonner un appareil électronique pour chaque nouvel appareil reçu

(EN) Les bidules électroniques sont des objets qu’on a toujours plaisir à donner en cadeau ou à s’offrir pour se gâter. Occupé à personnaliser les réglages de son gadget et à en essayer les nouvelles fonctions, il se peut qu’on ne réfléchisse pas beaucoup au sort de l’appareil qui vient de se faire remplacer.

« On aime bien avoir le dernier bidule électronique au design moderne et aux fonctionnalités novatrices, mais l’achat du tout dernier modèle nous fait souvent oublier notre autre téléphone intelligent, ordinateur portatif ou appareil photo qui dort au fond d’un tiroir ou d’une armoire », explique Sandra Pakosh, directrice des communications à Ontario Electronic Stewardship (OES). « Il est important de se rappeler que ces vieux articles ont encore de la valeur s’ils sont réutilisés et recyclés adéquatement, et en Ontario, tout le monde peut le faire sans problème par l’intermédiaire de notre réseau provincial de points de dépôt, appelé RecycleYourElectronics.ca. »

Après les Fêtes cette année, ne laissez pas les appareils électroniques « oubliés » accumuler de la poussière, et évitez-leur le site d’enfouissement en suivant ces étapes toutes simples :

Faites un don. Le temps des Fêtes est propice aux dons. Quoi de mieux que de donner son ordinateur portatif ou sa télévision en bon état à une personne qui en a besoin? Ce sont les organismes caritatifs, les églises et les associations qui s’occupent des dons d’appareils électroniques aux écoles, refuges, groupes communautaires et autres organisations de la région.

Donnez votre appareil à un membre de la famille ou à un ami. Venez-vous de recevoir une toute nouvelle tablette aux lignes épurées? Votre ancienne fonctionne encore très bien (mais elle n’est pas rose)? Votre modèle de l’an dernier (celui qui est noir) fera sûrement un heureux parmi vos amis et votre famille!

Vendez votre appareil. Il existe de nombreux sites Web qui vous permettent de vendre facilement et rapidement vos anciens appareils électroniques.

Pensez à recycler. Les appareils électroniques contiennent des matières polluantes qui sont dommageables pour l’eau, les routes et les écosystèmes si elles ne sont pas éliminées de façon appropriée. De plus, ils contiennent aussi des métaux, du verre et du plastique pouvant être transformés en matières premières qui serviront à la fabrication de nouveaux produits. En faisant don d’appareils en état de fonctionnement à des fins de réutilisation ou en les recyclant par l’intermédiaire des fournisseurs de service approuvés par OES, il est encore plus agréable de recevoir et d’utiliser des bidules électroniques.

Sur le site RecycleYourElectronics.ca, vous trouverez un locateur de lieux de collecte facile à utiliser. Le service est gratuit et offert à plus de 96 pour 100 des Ontariens qui vivent à moins de 10 km d’un point de dépôt. Pour en savoir davantage sur la réutilisation et le recyclage appropriés des produits électroniques, sur les dispositifs électroniques qui sont acceptés et sur l’emplacement du lieu de collecte approuvé par OES et situé le plus près de chez vous, visitez le site http://www.recycleyourelectronics.ca.

http://www.leditionnouvelles.com

La communication aide les professionnels de la santé à mieux répondre aux besoins de leurs patients

(EN) Malgré toutes les innovations technologiques en matière de soins de la santé, le partage des renseignements entre vous et votre professionnel de soins de santé demeure la clé d’une relation réussie.

Vous avez le droit fondamental de prendre une décision éclairée concernant vos soins de santé, et pour ce faire vous devez être en mesure de comprendre les soins ou les traitements que vous allez devoir recevoir. De plus, vous devez fournir au professionnel de la santé tous les renseignements pertinents dont il a besoin.

« Pour faire un choix éclairé, vous devez d’abord exprimer vos besoins, vos inquiétudes et vos désirs à votre professionnel de soins de santé. Cette information lui permet de mieux évaluer une situation et de recommander le meilleur plan d’action », affirme Linda Gough, présidente des Ordres de réglementation des professionnels de la santé de l’Ontario (ORPSO).

L’ORPSO regroupe 26 ordres de réglementation des professions de la santé (www.regulatedhealthprofessions.on.ca) qui régissent près de 300 000 professionnels membres et exigent des comptes sur leur conduite ainsi que sur l’exercice de leur profession. Ces ordres doivent également s’assurer que les professionnels de soins de santé sont conscients de leur responsabilité lorsqu’il s’agit d’obtenir d’un patient un consentement éclairé pour un traitement ou une intervention. Cela signifie que vous autorisez ce que l’on vous propose parce que vous comprenez les raisons qui motivent la décision, les bienfaits prévus et les risques potentiels, les alternatives disponibles, et les conséquences de refuser.

Votre professionnel des soins de santé est la personne responsable de vous fournir suffisamment d’information pour que vous puissiez prendre une décision. Il doit s’assurer que vous comprenez cette information et que vous donnez votre consentement.

Il n’est pas toujours facile d’être un consommateur averti de soins de santé. Selon un rapport du Conseil canadien sur l’apprentissage, 60 % des adultes n’ont pas les compétences requises pour bien gérer leurs besoins en matière de soins de santé.

Le rapport s’est attardé à la littératie en matière de santé, c’est-à-dire les connaissances qui vont au-delà du simple fait de savoir lire et écrire. Il s’agit d’évaluer à quel point une personne est en mesure de trier et d’interpréter l’information concernant la santé. La littératie en matière de santé inclut aussi la capacité de poser des questions, de communiquer avec les fournisseurs de soins de santé, de comprendre l’information et de suivre les prochaines étapes.

Les gens sont parfois gênés de poser des questions ou de demander des explications lorsqu’ils rencontrent un professionnel de soins de santé. Tout professionnel qui se respecte devrait vous donner l’occasion de le faire sans que vous vous sentiez brusqué ou mal à l’aise.

N’oubliez pas que si vous ne fournissez pas tous les renseignements nécessaires concernant votre santé à votre fournisseur de soins ou si vous ne comprenez pas les traitements qui sont effectués ou recommandés, vous mettez votre santé en péril. Le Conseil canadien sur l’apprentissage a constaté que les Canadiens qui ont la pire littératie en matière de santé sont deux fois et demie plus susceptibles d’être en mauvaise santé ou d’avoir une santé passable comparativement à ceux qui ont la meilleure littératie en matière de santé.

« Il ne peut y avoir de résultats exemplaires que si tous les partenaires impliqués dans les soins de santé comprennent parfaitement tous les enjeux », indique Mme Gough.

http://www.leditionnouvelles.com

Comment obtenir une copie de vos dossiers de santé

(EN) Possédez-vous une copie de vos dossiers de santé ? Si ce n’est pas le cas, sachez que vous avez le droit de les avoir.

Réfléchissez aux autres renseignements importants concernant votre vie et aux gens qui les détiennent. Les banques et les études de droit possèdent vos documents financiers et légaux, mais vous en avez également une copie. Il devrait en être de même pour les dossiers médicaux, mais bon nombre de personnes se demandent à qui ils appartiennent vraiment et s’il est difficile de se les procurer.

« Le professionnel ou l’établissement de soins de santé est propriétaire du dossier, mais les renseignements qu’il contient vous appartiennent », affirme Linda Gough, présidente des Ordres de réglementation des professionnels de la santé de l’Ontario (ORPSO). L’ORPSO regroupe 26 ordres de réglementation des professions de la santé (www.regulatedhealthprofessions.on.ca) qui régissent près de 300 000 professionnels membres et exigent des comptes sur leur conduite ainsi que sur l’exercice de leur profession.

Pour quelles raisons pourriez-vous vouloir votre dossier médical ? Vous désirez peut-être garder l’information pour y avoir accès lorsque vous en avez besoin, pour en partager les détails avec un autre membre de votre famille, ou pour prendre le temps de lire les renseignements dans le confort de votre foyer. De plus, si vous consultez un nouveau professionnel de soins, vous allez devoir lui faire parvenir les renseignements.

D’autre part, vous êtes peut-être préoccupé par la qualité des soins que vous avez reçus ou vous êtes possiblement impliqué dans un litige. Le fait de posséder votre dossier médical vous permet de confirmer la véracité des renseignements, de vérifier les échéances, ou de vous préparer pour des procédures judiciaires.

Comme l’explique Mme Gough, la personne qui détient votre dossier de soins de santé papier ou électronique est obligée de vous le remettre lorsque vous en faites la demande.

Lorsque vous consultez un professionnel de soins de santé, vous consentez à ce que les renseignements concernant votre santé soient recueillis et utilisés uniquement pour vos soins de santé. Ainsi, ces professionnels peuvent partager certains rapports ou résumés de vos traitements avec d’autres membres d’une équipe de soins de santé.

Vous pouvez également demander qu’une copie de votre dossier soit envoyée à un avocat, à une compagnie d’assurance ou à une tierce partie. Toutefois, les personnes qui détiennent les renseignements personnels concernant votre santé n’ont pas le droit de les faire parvenir à quiconque sans votre autorisation. Certains professionnels exigent des frais pour préparer et envoyer les documents.

Dans certains cas, un professionnel de la santé peut être obligé de divulguer les renseignements concernant un patient, comme lorsqu’il doit aviser la Société de l’aide à l’enfance s’il estime qu’un enfant est en danger, ou lors de procédures judiciaires (lorsqu’il reçoit une convocation pour témoigner, un ordre de comparution ou une ordonnance de la cour demandant les dossiers d’un patient).

Les gens s’attendent à pouvoir consulter tous les documents qui contiennent des renseignements personnels importants, y compris ceux qui concernent la santé. « N’oubliez pas que vous avez le droit de voir vos dossiers ou d’en obtenir une copie, souligne Mme Gough. Ce faisant, vous prenez votre santé en main, ce qui est un geste important. »

http://www.leditionnouvelles.com

Apprenez à connaître les professionnels responsables de vos soins de santé

(EN) Comme les soins de santé sont de plus en plus complexes étant donné l’augmentation du nombre de services offerts, les professionnels de la santé responsables de vos soins sont probablement plus nombreux qu’auparavant. Il est donc important de connaître le rôle de chacun et la formation nécessaire à l’exercice de sa profession afin d’établir une relation de confiance avec cette équipe.

Lors du sommet sur les soins de santé organisé par le Conference Board of Canada, un des sujets discutés concernait le désir des patients d’obtenir des services intégrés. En effet, ces derniers souhaitent avoir accès aux professionnels de la santé qui peuvent le mieux répondre à leurs besoins physiques et émotionnels.

« Comme il y a de plus en plus de professionnels qui collaborent ensemble dans ce domaine, il est important que les patients sachent qui fait partie de leur équipe de soins de santé afin qu’ils puissent avoir pleinement confiance en l’expertise de chacun des membres », indique Linda Gough, présidente des Ordres de réglementation des professionnels de la santé de l’Ontario (ORPSO).

L’ORPSO regroupe 26 ordres de réglementation des professions de la santé (www.regulatedhealthprofessions.on.ca) qui régissent près de 300 000 professionnels membres. Ces ordres de réglementation établissent des critères pour accéder à la profession, gèrent des programmes d’assurance de la qualité, et exigent des comptes sur la conduite de leurs membres ainsi que sur l’exercice de leur profession.

Qu’il s’agisse d’un médecin ou d’une diététiste, d’une physiothérapeute ou d’un pharmacien, tous les professionnels de la santé doivent respecter les normes professionnelles imposées par les ordres de réglementation, ce qui permet aux patients d’avoir confiance au jugement et aux compétences de chacun.

Il n’y a pas que les patients qui désirent un partenariat entre les professionnels des soins de la santé afin de recevoir les meilleurs soins. Les ordres de réglementation encouragent également de telles collaborations professionnelles. Ils incitent leurs membres à travailler en équipe de façon productive, ils échangent des renseignements entre eux et établissent des politiques conjointes qui favorisent l’administration de soins de qualité.

Comme les membres des équipes de professionnels de soins de la santé sont maintenant plus nombreux, l’ORPSO aimerait rappeler au public l’importance de mieux connaître chaque personne. « En tant que consommateur de soins de la santé, vous avez le droit de connaître le titre, le rôle et la spécialité de chaque professionnel qui vous soigne », indique Mme Gough.

Cette stratégie a porté fruit, car les équipes interprofessionnelles sont maintenant plus homogènes et de plus en plus nombreuses au sein des soins de la santé. Par exemple, selon Statistique Canada, les patients qui ont accès à une équipe de soins de santé primaires sont plus susceptibles de recevoir des renseignements sur la promotion de la santé, la prévention des maladies ainsi que des soins mieux coordonnés.

« Lorsque les membres d’un ordre professionnel travaillent ensemble et communiquent bien entre eux, leurs contributions individuelles s’en trouvent rehaussées, ce qui ne peut qu’avoir des conséquences bénéfiques pour les patients », indique Mme Gough.

http://www.leditionnouvelles.com

Allez jouer dehors avec votre famille pour découvrir les joies de l’hiver

(EN) L’hiver représente une occasion unique pour les parents et les enfants d’en apprendre sur les activités de plein air et d’en profiter. En plus de vous permettre de prendre l’air et de faire de l’exercice, les magnifiques paysages du Canada constituent des possibilités d’apprentissage concret sur l’environnement pour toute la famille.

Voici des moyens amusants d’être en harmonie avec l’environnement :

• Faites un pique-nique d’hiver. Organisez une escapade hivernale, avec des couvertures pour l’extérieur confortables, des vêtements chauds et du chocolat chaud. Emportez un pique-nique sans déchets et profitez des paysages d’hiver.

• Jouez à « Trouve la différence ». Mettez vos enfants au défi de dénombrer les différences entre le paysage hivernal et estival. Vous pouvez, par exemple, vous rendre près d’une rivière ou d’un étang, à distance sécuritaire bien sûr.

• Partez à la découverte des pistes d’animaux – Encouragez les enfants à observer les pistes des animaux et à deviner à qui elles appartiennent. Prenez des photos et, de retour à la maison, effectuez une recherche en ligne pour associer l’animal et son empreinte.

• Ramassez des pommes de pin et des écorces de bouleau qui sont au sol afin d’en faire des bricolages une fois à la maison.

Les enfants adorent les défis. En ajoutant un objectif ou un niveau de compétition à ces activités, vous pourrez ainsi les garder motivés.

« En utilisant la nature comme mode d’apprentissage, explique Amélie Picher, Directrice, Relations communautaires et Fondation TD des amis de l’environnement, les enfants prêteront, par conséquent, une plus grande attention à l’environnement autour d’eux et ils continueront de développer une meilleure compréhension de leur incidence sur la planète. »

Chaque saison apporte son lot de possibilités uniques et nouvelles de découvrir les joies du plein air. L’apprentissage et le plaisir en famille ne devraient pas se limiter à la saison d’hiver. À l’arrivée du printemps, sortez avec les enfants pour aller découvrir comment les animaux s’adaptent aux changements de température, comment les plantes s’enracinent et les endroits où la végétation commence à pousser.

http://www.leditionnouvelles.com

Une résolution écologique pour rendre vos gestes plus verts

(EN) Êtes-vous prêt à vous débarrasser de la « culpabilité écologique »?

Les résolutions du Nouvel An sont souvent difficiles à respecter, et selon un récent sondage de la Fondation TD des amis de l’environnement (FAE TD), 78 % des Canadiens affirment avoir de nombreux « regrets environnementaux », notamment d’avoir utilisé des sacs et des bouteilles en plastique et de conduire des voitures énergivores. Le moment est peut-être venu de nettoyer notre conscience collective une bonne fois pour toutes.

La FAE TD propose des résolutions simples et réalistes qui contribueront au bien-être de notre planète, de votre santé et de votre portefeuille.

« Si nous sommes tous déterminés à adopter de façon permanente l’une de ces résolutions, nous pourrions tous contribuer à la protection de notre planète », a confié Amélie Picher, directrice, Relations communautaires et Fondation TD des amis de l’environnement.

Remplacer les ampoules à l’intérieur et à l’extérieur – Optez pour des ampoules écoénergétiques fluocompactes, DEL ou halogènes. Elles durent plus longtemps, consomment moins d’énergie et vous permettront d’économiser à long terme.

Réduire la consommation de bouteilles d’eau jetables – Optez pour un filtre à eau à la maison et une bouteille réutilisable pour avoir de l’eau fraîche et saine, à la maison ou ailleurs, tout en réduisant vos déchets de plastique.

Opter pour un composteur à la maison – De nombreuses villes et municipalités ont déjà adopté le compostage dans leur programme de recyclage. Si cela ne fait pas encore partie de vos habitudes, sachez qu’il s’agit d’un moyen facile de faire sa part, même en hiver. De petits contenants qui ne prennent pas beaucoup d’espace sur votre comptoir de cuisine sont vendus dans les magasins d’articles de cuisine et les quincailleries.

Prendre des mesures pour ne plus recevoir de courrier indésirable – Les circulaires et le courrier indésirable ne sont, pour la plupart, pas lus ni même ouverts. Vous pouvez réduire le gaspillage de papier en vous désabonnant du courrier non nécessaire ou en vous inscrivant au service de factures électroniques.

Commencer à utiliser des sacs réutilisables – Le plus difficile, c’est de ne pas les oublier. Traînez des sacs à provisions en coton ou en nylon dans votre sac à main, votre voiture ou votre poche de manteau. Ils sont petits et faciles à ranger, et sont offerts en un éventail de styles, pour tous les goûts.

Opter pour d’autres moyens de déplacement –Évitez d’utiliser votre voiture pour tous vos déplacements, en optant pour la marche ou le transport en commun au moins une fois par semaine. Cette habitude est bonne pour l’environnement, mais aussi pour votre santé.

Utiliser des produits nettoyants écologiques – Remplacez vos produits nettoyants par des produits qui sont moins nocifs pour votre famille et l’environnement.

Inscrivez votre résolution environnementale du Nouvel An sur la page Facebook de la FAE TD au http://www.facebook.com/TDFEF.

http://www.leditionnouvelles.com