Une nouvelle vidéo met en valeur la prospérité de la réserve urbaine de Winnipeg

(EN) Une nouvelle vidéo produite par Affaires autochtones et Développement du Nord Canada montre ce qui peut se produire lorsque des communautés de Premières Nations et le gouvernement fédéral règlent des revendications territoriales de longue date.

La vidéo présente la réserve urbaine de Long Plain, un secteur 2,81 acres situé au cœur de la ville de Winnipeg, au Manitoba, près du centre commercial Polo Park. Délimitée par l’avenue St. Matthews au nord, la rue Madison à l’ouest, l’avenue Silver au sud et la rue Kensington à l’est, la réserve accueille actuellement le Collège Yellowquill, un complexe de bureaux de 7 430 m2 (80 000 pi2), un centre des congrès et, bientôt, une station service.

Le 3 août 994, lors du règlement de sa revendication territoriale avec le Canada, la Première Nation de Long Plain a reçu 16,5 millions de dollars pour acheter 4 169 acres de terre. La Première Nation a utilisé une partie de l’indemnité de règlement pour acheter les terres de la Manitoba Hydro en 2006 et a commencé le processus d’établissement d’une réserve urbaine.

« Les réserves urbaines représentent une occasion de créer des ressources économiques pour les Premières Nations », explique le chef de la Première Nation de Long Plain, Dennis Meeches, sur la vidéo. « Je pense qu’elles profitent à tous en raison des possibilités d’éducation et de formation en emploi. Et les gens vont le voir.

En fait, elles visent à éliminer le chômage et, peut-être, à hausser le niveau de vie des peuples des Premières Nations, et à créer de véritables partenariats qui profiteront à tout le monde ici, au Manitoba, et au pays. »

Dans sa vidéo, Affaires autochtones et Développement du Nord Canada indique que le règlement des revendications, comme celle de la Première Nation de Long Plain, peuvent engendrer des occasions économiques susceptibles de contribuer au développement des communautés des Premières Nations et à l’essor des économies locales. Les Premières Nations à qui l’on verse des indemnités investissent souvent cet argent dans les communautés avoisinantes pour acheter des terres, participer au développement économique et établir de nouveaux partenariats d’affaires. Le règlement des revendications favorise la consolidation des relations entre les Premières Nations et les collectivités avoisinantes.

Depuis l’automne 2008, le Canada a éliminé l’arriéré de 541 revendications qui étaient à l’étape de l’évaluation. En conséquence, le nombre de revendications à l’étape de la négociation a plus que doublé et il y a désormais plus de demandes en cours de négociation que jamais auparavant. Le gouvernement fédéral a réglé 15 revendications territoriales au cours de la dernière année seulement, pour un total de plus de 350 millions de dollars.

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada a mis la vidéo de la Première Nation de Long Plain, des réponses aux questions qui sont souvent posées et une carte interactive indiquant les endroits où il y a d’autres revendications territoriales au Canada, sur son site Web à http://www.aadnc-aandc.gc.ca.

http://www.leditionnouvelles.com

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s