Le contrôle de l’agitation donne un nouvel espoir aux patients Alzheimer

(EN) Une personne sur cinq atteintes de la maladie d’Alzheimer traverse des périodes d’agitation grave. Cet état de désarroi extrême est difficile à supporter pour qui que ce soit. Cependant, lorsqu’il s’agit d’une personne atteinte de l’Alzheimer, l’agitation peut également accélérer la progression de la maladie.

Les médecins ne comprennent pas pourquoi, mais ils savent qu’il est important de contrôler l’agitation.

« Cette question a trait à la qualité de vie, déclare la Dre Krista Lanctôt, chercheuse principale à l’Institut de recherche Sunnybrook de Toronto. Le malaise profond d’une personne en proie à l’agitation et au désarroi est dur à regarder. »

Le nombre de Canadiens atteints de l’Alzheimer ou d’une maladie apparentée passera de 747 000 à 1,4 million de personnes d’ici 2031, et les chercheurs tentent de trouver des moyens de rendre la maladie plus facile à vivre.

Le contrôle de l’agitation fait partie de ces moyens. Mais les médicaments antipsychotiques utilisés actuellement agissent seulement sur certaines personnes. De plus ces médicaments peuvent eux-mêmes contribuer au déclin cognitif, tout en augmentant les risques d’accidents vasculaires cérébraux.

C’est pourquoi la Dre Lanctôt, en collaboration avec le Dr Nathan Herrmann de Sunnybrook, est sur le point de lancer un petit essai clinique d’un médicament appelé nabilone, qui semble être prometteur pour le traitement de l’agitation, sans les effets secondaires des médicaments antipsychotiques. Il pourrait également combattre la douleur et la perte de poids caractéristiques des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Le nabilone est une version synthétique du tétrahydrocannabinol, l’ingrédient actif de la marijuana. Il est utilisé pour traiter les nausées dues à la chimiothérapie et, dans les cas d’anorexie, pour stimuler l’appétit et reprendre du poids. Mais ce produit n’a jamais été testé en bonne et due forme chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

L’étude de la Dre Lanctôt, qui sera lancée cet automne, est cofinancée par la Programme de recherche de la Société Alzheimer et la Discovery Foundation of Canada.

L’étude mettra à contribution 40 participants atteints de la maladie d’Alzheimer. La moitié des participants, assignés au hasard, prendra du nabilone pendant 6 semaines, un placébo pendant 6 semaines, et il y aura une pause d’une semaine entre les traitements. L’autre moitié commencera avec le placébo pendant six semaines, suivi d’une pause d’une semaine, et ensuite six semaines de nabilone.

La Dre Lanctôt mesurera les changements en ce qui a trait à l’agitation, à la douleur signalée et au poids. Si tout se déroule bien, elle espère entreprendre ensuite un essai clinique à plus grande échelle.

Personne ne devrait souffrir d’agitation extrême. Aidez la Société Alzheimer du Canada à poursuivre ce genre de recherche en contribuant au Programme de recherche de la Société Alzheimer. Vous obtiendrez de plus amples renseignements à : http://www.alzheimer.ca.

http://www.leditionnouvelles.com

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s