Le financement de la recherche est essentiel à la découverte de nouveaux traitements

(EN)Cette année, le Programme de recherche de la Société Alzheimer (PRSA) a accordé plus de 3 millions de dollars aux chercheurs, d’un océan à l’autre, afin d’améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de l’Alzheimer ou d’une maladie apparentée.

« Le Canada est fier de réunir certains des meilleurs et des plus brillants chercheurs au monde et la Société Alzheimer est déterminée à les soutenir, déclare Mme Mimi Lowi-Young, chef de la direction de la Société Alzheimer du Canada. Leurs projets pourraient transformer complètement la vie des personnes déjà aux prises avec ces maladies dévastatrices et améliorer les perspectives des personnes à risque. »

Le PRSA est le fruit d’une collaboration entre les Sociétés Alzheimer provinciales et la Société Alzheimer du Canada, ainsi que leurs partenaires et donateurs. Cette année, le PRSA a accordé 29 subventions et bourses pour un total de 3 296 656 $. Depuis le lancement du programme en 1989, 43 millions de dollars ont été investis dans la recherche.

Il faut de toute urgence accomplir des progrès décisifs dans les domaines de la prévention, du diagnostic et du traitement. Aujourd’hui, 747 000 personnes vivent avec l’Alzheimer ou une maladie apparentée au Canada. On prévoit que 1,4 million de personnes en seront atteintes d’ici 2031.

Il n’existe toujours pas de remède curatif. Certains médicaments peuvent combattre temporairement les symptômes, mais aucun ne peut les soigner ou les faire disparaître. C’est pourquoi les chercheurs financés par le PRSA se plongent dans les sciences du cerveau. Ils veulent mettre au point de nouveaux traitements potentiels, utiliser la neuroimagerie pour distinguer les diverses formes de troubles cognitifs, et étudier comment le régime alimentaire et autres choix de vie peuvent retarder l’apparition de la maladie.

L’un des boursiers de cette année, le Dr Gordon Glazner, neurobiologiste (Centre de recherche de l’Hôpital de Saint- Boniface à Winnipeg), examine les liens entre le diabète et les troubles cognitifs dans l’espoir de trouver un remède curatif.

Plusieurs dizaines d’années peuvent s’écouler avant que les études biomédicales puissent produire des résultats. C’est pourquoi la Société Alzheimer finance également la recherche visant à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes aujourd’hui.

La Dre Krista Lanctôt, spécialiste des troubles neuropsychiatriques et chercheuse principale à l’Institut de recherche Sunnybrook de Toronto, a reçu une bourse pour étudier un médicament qui pourrait, efficacement et en toute sécurité, neutraliser les périodes d’agitation grave des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Plusieurs autres chercheurs financés par le PRSA étudient les questions entourant la qualité de vie des personnes atteintes et des aidants, y compris les facteurs de risque, les modifications comportementales et cognitives, le soutien physique, et la prestation des services de soins et de santé.

Aidez la Société Alzheimer à faire la lumière sur ces maladies et à donner de l’espoir aux personnes atteintes en faisant régulièrement des dons au Programme de recherche de la Société Alzheimer. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter : http://www.alzheimer.ca

http://www.leditionnouvelles.com

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s