Donnez à votre bambin l’expérience d’apprendre en jouant, disent les éducateurs

(EN) Les études démontrent que les méthodes d’enseignement traditionnelles ne satisfont pas les parents pour qui l’apprentissage par l’expérience est ce qu’il y a de mieux pour leur enfant.

Une étude récente menée par Leger Marketing révèle que selon 63 pour cent des parents, les jeunes enfants âgés de moins de cinq ans apprennent le mieux lorsqu’ils participent à des activités pratiques qui leur permettent de toucher, de ressentir ou de faire.

« Dans son approche, l’éducatrice de la petite enfance reconnaît le caractère unique de chaque enfant dans le contexte de sa famille et de sa communauté, et elle met l’accent sur l’apprentissage par le jeu », explique Mélanie Dixon, directrice du Service de l’exercice professionnel à l’Ordre des éducatrices et des éducateurs de la petite enfance.

Cette étude a également révélé que seulement six pour cent des parents estiment qu’un curriculum strict à l’école ou au centre de garde d’enfants est important pour l’apprentissage de leur enfant, et moins d’un pour cent des parents considèrent que l’apprentissage autonome est la meilleure méthode pour leur enfant.

L’apprentissage par le jeu donne l’impression d’être très amusant, mais en réalité, l’éducatrice ou l’éducateur de la petite enfance inscrit (EPEI) doit, dans son travail, évaluer les programmes d’apprentissage et de garde des jeunes enfants et les enfants qui y participent, et elle doit aussi entretenir une communication avec la famille au sujet de la croissance intellectuelle, physique, sociale et affective de l’enfant.

Le ministère de l’Éducation de l’Ontario a cerné quatre éléments bénéfiques à l’apprentissage des jeunes enfants :

L’appartenance – L’appartenance signifie que l’enfant sent qu’il a une connexion avec les autres et qu’il a l’expérience d’être apprécié et d’apporter sa contribution à un groupe.

Le bien-être – Le bien-être indique que la santé physique et mentale et le mieux-être sont très importants pour le développement de l’enfant.

L’engagement – L’engagement suggère que l’enfant apprend le mieux lorsqu’il est dans un état de participation et de concentration et que dans cet état, il développe des habiletés essentielles comme la résolution de problèmes, la pensée créative et l’innovation.

L’expression ou la communication – Par son corps, ses mots et l’utilisation de matériel, l’enfant développe des capacités qui lui servent dans des communications de plus en plus complexes.

Bien que 20 pour cent des parents de l’Ontario qui ont participé au sondage considèrent encore les EPEI comme des « gardiennes d’enfants », le fait est que les EPEI doivent suivre une formation de deux ans pour exercer leur profession, et que cette formation exige beaucoup de travail et un grand dévouement au développement des jeunes enfants.

Mme Dixon souligne que plus de la moitié des répondants au sondage (53 pour cent) ont dit que le travail d’une éducatrice de la petite enfance semble plus exigeant que leurs propres responsabilités au travail.

http://www.leditionnouvelles.com

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s