Des idées de pique-niques pour bien profiter de l’été

(EN) Le soleil brille de tous ses feux? C’est le moment tout indiqué de remplir le panier de pique-nique et de prendre la route pour aller se régaler au parc ou à la plage. Profitez du plein air et des repas pris à l’extérieur grâce à ces idées inspirantes de pique-nique.

Optez pour un menu classique et éprouvé. Au moment de planifier votre menu, ne vous compliquez pas la vie! Tout le monde aime les sandwichs parce qu’ils sont faciles à préparer et contiennent des ingrédients simples. Pour faire un agréable changement, pourquoi ne pas confectionner des sandwichs kebabs? Utilisez un emporte-pièce pour tailler les petits pains et les ingrédients en formes amusantes que vous enfilerez ensuite sur des brochettes.

Transportez vos aliments différemment! Au lieu d’emporter des bocaux entiers de condiments, utilisez un moule à muffins pour y mettre les ingrédients voulus. Tenez le moule à plat et recouvrez-le d’une pellicule de plastique. Un autre truc pratique? Utilisez les petites boîtes de bonbons à la menthe pour vos épices et fines herbes. N’oubliez pas d’étiqueter vos contenants pour éviter les mélanges.

Emportez des articles aux multiples fonctions. Les choses les plus simples peuvent devenir très polyvalentes quand on les utilise de différentes façons. Ayez toujours sous la main des godets à muffins en papier; ils peuvent recueillir la crème glacée ou le jus qui dégouline d’un cornet ou d’une sucette, servir de couvercle sur votre boisson pour empêcher les moustiques d’y entrer ou contenir des petits fruits. Les boîtes à œufs sont aussi pratiques, car on peut les utiliser pour transporter des aliments fragiles, comme des prunes.

Privilégiez les repas en un plat. Évitez d’avoir à transporter plusieurs sacs et mettez vos collations et leurs trempettes dans un même bocal. Créez des contenants doubles en prenant des bocaux Mason et des coupes de fruits pour transporter vos petits pains et vos pains plats pour les trempettes. Ajoutez du croustillant en faisant griller des petits pains à l’ail et aux fines herbes D’Italiano assaisonnés d’un zeste d’huile d’olive et d’un soupçon de sel de mer.

Accordez la priorité à la fraîcheur. Puisque la saison estivale est la période de pointe pour les fruits et les légumes locaux, mettez ces produits en vedette en emportant des salades légèrement assaisonnées dans des pots Mason. Elles n’auront pas uniquement l’air appétissantes, elles seront bien croustillantes puisque vous aurez transporté séparément tous vos ingrédients.

Vous trouverez d’autres recettes de grillades en ligne, à facebook.com/150recettesestivales.

http://www.leditionnouvelles.com

Cinq destinations à visiter au Canada à l’occasion du 150e anniversaire

(EN) Nos voisins du Sud et les gens du monde entier découvrent ce que les Canadiens savent déjà. Récemment, The New York Times et Lonely Planet ont nommé le Canada «Meilleure destination à visiter en 2017», juste à temps pour son 150e anniversaire.

Dans certaines régions du pays, le tourisme est déjà en hausse. Si vous avez envie de faire de formidables découvertes sans aller à l’étranger, vous devriez penser aux Passe de vols d’Air Canada qui comprend des crédits de vol aller simple vous permettant de visiter plusieurs villes avec un seul billet. Voici cinq destinations à ne pas manquer.

Montréal. Ville moderne qui possède le charme de la vieille Europe fête cette année ses 375 ans. A ne pas manquer…Les milliers d’ampoules DEL vont illuminer le pont Jacques-Cartier. D’autres attractions spéciales sont prévues, comme un musée en plein air sur la rue Sherbrooke pour commémorer les 50 ans d’Expo 67 et Cité Mémoire, un événement nocturne pendant lequel des images seront projetées en musique sur les murs des édifices historiques du Vieux-Montréal.

Toronto. Visitez de populaires attractions familiales comme l’Aquarium; parcourez les boutiques de la rue Queen Ouest, ou aventurez-vous dans des endroits insolites comme Distillery District, The Junction et Ossington. Les îles de Toronto sont idéales pour les familles et les touristes à l’esprit indépendant — l’île Ward est prisée des citadins voulant oublier la ville.

Vancouver. Nichée sur la côte de la Colombie-Britannique, Vancouver est une grande ville qui séduit par sa richesse culturelle, et d’où l’on a facilement accès aux montagnes, aux plages du Pacifique et à des paysages à couper le souffle. Faites un saut au marché fermier de l’île Granville en Aquabus, un charmant taxi marin.

Calgary. Impossible d’aller à Calgary sans assister au Stampede, le rodéo mondialement connu qui se tient en juillet! Profitez-en pour faire une excursion d’une journée au parc national Banff et au lac Louise, dans les montagnes Rocheuses du Canada, où vous attendentdes cascades et des aventures incroyables.

Halifax. Située en plein cœur des Maritimes, Halifax permet d’admirer des paysages magnifiques sur son front de mer et de goûter à l’animation qui règne sur la promenade en bois lorsque vient le temps des festivals de jazz et des arts de la rue. De plus, on trouve beaucoup de plages à quelques minutes du centre-ville et des îles cachées à découvrir en kayak. Si vous aimez les livres et l’architecture, allez voir la nouvelle bibliothèque centrale dont l’architecture a remporté des prix internationaux.

Trois façons de nous aider à protéger les océans et la vie aquatique au Canada

(EN) Même si vous vivez très loin de la côte, rien ne vous empêche de poser des gestes qui contribueront à protéger les écosystèmes océaniques du Canada. Voici trois suggestions qui pourraient vous aider à préserver les milieux marins canadiens :

1. Magasinez de façon responsable. Les poissons et les fruits de mer, quel régal! Toutefois avant d’en acheter, rappelez-vous que la surpêche et les méthodes de capture contraires à l’éthique peuvent avoir des répercussions négatives sur la faune aquatique et son environnement. Au supermarché, recherchez les produits étiquetés durables ou encore, à votre poissonnerie locale, renseignez-vous sur les pratiques de pêche des fournisseurs.

2. Évitez les produits avec des microbilles. Certains articles de toilette que nous utilisons tous les jours, comme les dentifrices ou les nettoyants pour le visage, contiennent des microbilles de plastique qui se retrouvent dans nos cours d’eau où elles ne se désagrègent pas. Elles peuvent être ingérées par des organismes aquatiques de toutes tailles et nuire à leur croissance et à leur développement. Le gouvernement du Canada les considère d’ailleurs comme étant une substance toxique. Avant d’acheter des produits ménagers, lisez bien les étiquettes et assurez-vous qu’ils ne contiennent pas de microbilles.

3. Cessez de déverser des contaminants dans les égouts. Au Canada, comme beaucoup de cours d’eau sont reliés, les déchets contaminés peuvent être transportés sur de grandes distances. Au lieu de jeter la litière de votre chat ou vos produits chimiques dans les égouts, communiquez avec votre municipalité pour connaître sa politique d’élimination des produits nocifs.

Le gouvernement du Canada fait sa part. Le Plan de protection des océans vise à restaurer les habitats côtiers tout en protégeant les milieux marins et les collectivités des risques écologiques potentiels. Au nombre de ceux-ci, on compte les déversements de pétrole et de produits chimiques, les épaves et les bateaux abandonnés ou délaissés. Le gouvernement travaille aussi à réduire les répercussions de l’exploitation quotidienne des navires en améliorant les systèmes de navigation pour éviter les accidents.

http://www.leditionnouvelles.com

Cinq conseils pour entretenir une pelouse écologique

(EN) L’entretien d’une pelouse peut parfois avoir des conséquences désastreuses pour l’environnement. Il est toutefois possible d’adopter de nouvelles habitudes et de délaisser d’anciennes pratiques afin d’obtenir une routine d’entretien écologique pour votre pelouse.

« Il est plus facile qu’on ne le pense d’obtenir une pelouse écologique et durable », explique Michelle Sordi, chez Husqvarna Canada, le plus important fabricant d’équipement électrique pour l’extérieur au monde. « En ajustant votre routine et en utilisant les bons outils, vous obtiendrez une belle pelouse, saine et sans danger pour l’environnement. »

Suivez ces conseils de pros pour obtenir une pelouse qui sera verte dans tous les sens du terme :

1. Profitez des déchets de tonte : Les déchets de coupe que vous laissez sur la pelouse une fois tondue vont éventuellement engraisser celle-ci, mais assurez-vous qu’ils ont moins de 2,5 cm de longueur afin qu’ils puissent bien se décomposer et disparaître dans le sol. Contenant surtout de l’eau, les déchets de tonte nourrissent la pelouse de façon naturelle sans qu’il soit nécessaire d’y ajouter des fertilisants chimiques.

2. Aérez votre pelouse : Une fois par année, prenez l’habitude de faire de petits trous dans la pelouse. Cette pratique favorisera la circulation des nutriments ce qui donnera une pelouse plus dense qui luttera naturellement contre les mauvaises herbes.

3. Conservez votre H20 : Au début de l’été, durant la saison de la croissance, la pelouse aura besoin d’environ 2,5 cm d’eau par semaine, ce qu’elle peut obtenir ou non de façon naturelle tout dépendant de la région où vous vivez. Arrosez la pelouse de préférence le matin lorsque la température est plus fraiche, ce qui va permettre à l’eau d’être absorbée par le sol plutôt que de s’évaporer en après-midi.

4. Ne tondez pas trop court: Si vous coupez le gazon trop court, votre pelouse risque d’être envahie par les mauvaises herbes et elle sera plus vulnérable aux agresseurs environnementaux. Assurez-vous de tondre la pelouse de la bonne longueur, en fonction du type de graminées utilisées, ce qui permettra au sol de rester en meilleure santé sans avoir à utiliser trop d’engrais.

5. Employez des outils à pile : De nos jours, les outils modernes à pile se rechargent plus rapidement et durent plus longtemps que leurs prédécesseurs. Ils sont également plus légers, moins bruyants, et n’émettent pas de vapeurs nocives. Vous pourrez ainsi vous permettre de tondre et d’entretenir la verdure de votre propriété sans avoir à faire trop d’effort physique.

Pour obtenir d’autres conseils d’entretien pour une pelouse écologique, consultez le site husqvarna.ca.

Réparer un problème de moisissures pour de bon

(EN) Lors du grand ménage de printemps, le moment est idéal pour vérifier s’il y a certains problèmes dans la maison comme des moisissures. En plus d’être un inconvénient, les moisissures peuvent proliférer dans les endroits humides ou mouillés souvent à cause de certaines activités comme la cuisson et la douche, et elles peuvent entrainer des problèmes de santé. Si vous essayez de prévenir l’apparition de moisissures ou si vous avez un problème de moisissures, consultez ce petit guide pour y trouver des conseils pratiques.

Comprendre les risques pour la santé. Les moisissures peuvent affecter la qualité de l’air intérieur et causer des problèmes de santé comme des irritations aux yeux, au nez et à la gorge, de la toux et une accumulation de mucus, une respiration sifflante ou des essoufflements, une aggravation des symptômes d’asthme, et d’autres réactions allergiques.

Comment les détecter. Les moisissures peuvent se dissimuler à l’intérieur des murs ou au-dessus des tuiles de plafond, et elles peuvent croitre sur le bois, le papier, les tissus, les panneaux de gypse et les isolants. Inspectez la maison pour voir s’il y a des signes visibles de moisissures ou des endroits où le taux d’humidité est trop élevé. Cherchez les endroits humides, les taches ou les décolorations sur les planchers, les murs, les vitres des fenêtres, les tissus et les tapis. Si vous remarquez une odeur terreuse ou de moisi, il y a des moisissures.

Comment les prévenir. Trouvez les endroits humides et réparez les fuites d’eau aussitôt que vous les découvrez. Utilisez un ventilateur d’évacuation lorsque vous cuisinez ou prenez votre douche, et laissez-le fonctionner quelques minutes après avoir terminé. Assurez-vous que la sécheuse, la cuisinière, et les ventilateurs de cuisine et de salles de bains ont tous une sortie d’évacuation de l’air vers l’extérieur. Scellez les baignoires et les éviers, débarrassez-vous des objets qui encombrent inutilement le sous-sol, et nettoyez et désinfectez régulièrement tout ce qui contient de l’eau.

Assainir l’environnement. Assurez-vous de toujours bien ventiler maison en ouvrant les fenêtres lorsque le temps est sec ou en utilisant des ventilateurs si nécessaire. Réduisez le taux d’humidité – idéalement, le taux devrait être de 50 % l’été, et de 30 % par temps froid. Vous pouvez également utiliser un déshumidificateur ou un climatiseur.

Une solution à faire soi-même. Vous pouvez habituellement nettoyer vous-même les petites et moyennes surfaces recouvertes de moisissures. Portez des lunettes de sécurité, un masque à poussière jetable et des gants de caoutchouc. Isolez l’endroit à nettoyer avec une feuille de plastique fixée au mur et au plafond pour prévenir la dispersion de la poussière et des particules de moisissures. Nettoyez les moisissures avec de l’eau et un savon à vaisselle (inutile d’utiliser de l’eau de javel) et passez l’aspirateur avec un appareil muni d’un filtre HEPA avant et après le nettoyage. Les gens qui souffrent d’asthme, d’allergies et d’autres sensibilités aux moisissures ne devraient pas se trouver dans la maison lorsque vous nettoyez des moisissures.

Quand faut-il appeler un pro. Si les moisissures se trouvent sur plusieurs surfaces ou si elles réapparaissent après avoir été nettoyées, il est préférable de faire appel à un professionnel. Si vous louez votre maison, parlez-en à votre propriétaire si vous découvrez des moisissures. Les droits et obligations des propriétaires et des locataires relèvent de la compétence des provinces et des territoires, alors consultez votre gouvernement local pour en savoir davantage.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires en ligne, consultez le site Canada.ca/sante.

Cuisiner avec des aliments bons pour vous et pour l’environnement

(EN) Grâce aux agriculteurs canadiens, il est plus facile que jamais de consommer des aliments sains tout en protégeant la planète. C’est parce qu’ils cultivent des variétés végétales modernes offrant des rendements plus élevés, soutiennent les pratiques agricoles durables et offrent des choix alimentaires nutritifs.

Le canola fournit une excellente huile de cuisson, bonne pour le cœur et faible en graisses saturées. Culture authentiquement canadienne, le canola est une variété de colza oléagineux mise au point dans les années 1970 par des sélectionneurs végétaux du Canada. Le nom « canola » est la contraction de Canada et de ola, mot latin pour huile. Les champs de fleurs jaunes cultivés dans les Prairies sont un des emblèmes du pays, et le profil lipidique sain du canola peut aider les Canadiens à réduire le niveau de graisses saturées dans leur alimentation.

Selon Shaunda Durance-Tod, diététiste travaillant au Conseil canadien du canola, l’huile de canola ne contient que 7 % de graisses saturées – moins que les autres huiles de cuisson. En outre, elle est riche en acides gras mono-insaturés et en oméga-3 polyinsaturés, et elle constitue une source de vitamine E.

Grâce aux variétés de canola tolérantes aux herbicides, les agriculteurs ont davantage d’options de désherbage. Ils ne sont donc plus obligés de recourir au labourage pour lutter contre les mauvaises herbes, ce qui a des effets bénéfiques pour l’environnement : forte réduction de l’érosion, maintien de l’humidité dans le sol, amélioration des habitats des animaux sauvages ainsi que de leurs sources de nourriture.

Les légumineuses – pois, haricots, lentilles et pois chiches – constituent également un choix alimentaire durable et sain. Les recherches ont montré qu’en consommer pendant au moins trois semaines permet d’abaisser considérablement les niveaux de mauvais cholestérol, ce qui peut diminuer les risques de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral. Les légumineuses sont l’une des quelques cultures qui produisent leur propre engrais azoté, en utilisant l’azote qu’elles extraient de l’air. Il en résulte une amélioration de la santé du sol et une réduction des coûts pour les agriculteurs – ainsi que l’une des empreintes carbone les plus faibles parmi toutes les protéines végétales et animales.

Le soya offre de nombreux choix alimentaires, depuis les options végétariennes – comme le tofu et les burgers de soya – jusqu’aux desserts glacés et aux boissons. En 2015, Santé Canada a approuvé une allégation de santé établissant un lien entre la consommation d’aliments à base de soya, riches en protéines, et la réduction des niveaux de cholestérol. Cette allégation était fondée sur des preuves scientifiques indiquant que consommer au moins 25 g de protéines de soya par jour aide à réduire le cholestérol, facteur de risque de maladies cardiaques.

La majeure partie du soya canadien est cultivée en Ontario, car la saison de croissance y est longue. Mais grâce aux nouvelles variétés prêtes à récolter plus tôt, les producteurs des autres provinces peuvent maintenant, eux aussi, cultiver cette plante.

Vous entreprenez des travaux de rénovation? Ne sautez pas cette étape…

(EN) Des rénovations sont prévues au cours du printemps ou de l’été? Avant de commencer à choisir la couleur de la peinture et de comparer les échantillons de tissu, rappelez-vous que chaque province a mis en place des codes de la construction, et que ces codes sont appliqués par les municipalités. Par conséquent, avant de vous lancer dans des rénovations qui toucheront la structure portante de votre maison ou qui pourraient avoir un effet sur la santé et la sécurité des occupants, vous devrez obtenir un permis de construction auprès de votre municipalité. Ce permis, et les inspections connexes, vous garantissent que les travaux seront faits conformément aux codes en vigueur.

Si les travaux ne touchent pas la structure de votre maison, par exemple, s’il s’agit de remplacer des bardeaux ou un couvre-plancher, vous n’aurez peut-être pas besoin d’un permis. En cas de doute, téléphonez au service responsable des permis de construction de votre municipalité et expliquez-leur la nature de votre projet de rénovation.

En tant que propriétaire foncier, avant d’entreprendre un projet de rénovation, vous êtes tenu de vous conformer à toutes les exigences relatives à l’obtention d’un permis. Vous pouvez vous entendre avec l’entrepreneur pour qu’il fasse ces démarches à votre place, mais cela doit être inscrit au contrat.

Si l’entrepreneur affirme que vous n’avez pas besoin d’un permis puisque personne ne se rendra compte que vous êtes en train de faire des travaux de rénovation, cherchez un autre entrepreneur. L’Association canadienne des constructeurs d’habitations met à la disposition du public des renseignements gratuits et objectifs sur la manière de trouver et d’embaucher un entrepreneur fiable. Pour plus de renseignements, veuillez vous rendre à parecritsvp.com.

Le voyage en voiture par excellence pour le 150e anniversaire du Canada

(EN) Pour célébrer le 150e anniversaire du Canada, réunissez vos amis, remplissez votre voiture et prenez la route pour découvrir l’une des plus belles routes panoramiques du pays. L’autoroute Sea to Sky qui longe la côte de Vancouver à Whistler offre des vues imprenables sur l’océan et les montagnes. C’est un voyage incontournable pour tous les Canadiens. Ne manquez pas les haltes remplies d’aventures sur la route!

1. Porteau Cove : situé entre le village de Lions Bay et Squamish, ce parc provincial offre une vue imprenable sur les montagnes et une jolie plage de galets. C’est l’endroit idéal pour un pique-nique avec des amis.

2. Chutes Shannon : Tombant en cascade de plus de mille pieds au-dessus de la route Sea to Sky, les chutes Shannon sont incontournables. Dégourdissez vos jambes et faites une promenade le long d’un sentier qui mène à un point d’observation offrant une vue à couper le souffle.

3. Tour en gondole Sea to Sky : À bord de la gondole Sea to sky, vous pourrez admirer à vol d’oiseau le Howe Sound et ses montagnes côtières environnantes, une nature aux paysages dignes d’une carte postale. Un vrai régal pour les yeux! La promenade est d’une durée d’environ 10 minutes et vous donne accès à un long pont suspendu, des points d’observation magnifiques et des sentiers de randonnée.

Que vous commenciez votre voyage à Vancouver ou à Whistler, il y a une multitude de trésors cachés à découvrir en chemin. Partagez votre trésor préféré à ihgrewardsclub.com/150Canada pour avoir la chance de gagner un million de points IHG Rewards Club pour votre prochaine escapade au Canada.

Cinq façons amusantes de célébrer le Mois national de l’histoire autochtone

(EN) À la suite d’une motion adoptée à l’unanimité à la Chambre des Communes en 2009, juin a été nommé le Mois national de l’histoire autochtone. Qu’il s’agisse de nourriture, de danse ou de films, voici quelques idées pour souligner cette période particulière de l’année et pour en apprendre davantage au sujet de la diversité culturelle et de la contribution des peuples autochtones.

1. Explorez les parcs nationaux. Dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire du Canada, Parcs Canada offre une carte d’entrée Découverte gratuite en 2017 qui vous donne accès à tous les parcs nationaux tout au long de l’année. Saviez-vous que le Sentier transcanadien de la Colombie-Britannique traverse plusieurs parcs et que ce sont les administrateurs qui s’occupent de son entretien et des réparations en partenariat avec des communautés autochtones locales? Prenez le temps de visiter un parc de votre région ou partez en voiture afin d’explorer un des parcs que vous n’avez jamais visités. Pour en savoir davantage, consultez le site http://www.pc.gc.ca

2. Découvrez la culture et la contribution des peuples autochtones à l’histoire et à la culture du Canada. Par exemple, saviez-vous que plusieurs vétérans autochtones ont appuyé nos forces armées durant la guerre de 1812, durant les deux guerres mondiales, et lors des missions de maintien de la paix?

3. Participez aux événements organisés pour souligner la Journée nationale des Autochtones. Comme les peuples autochtones représentent le segment affichant la croissance la plus rapide dans la société canadienne, il y a de fortes chances que des célébrations aient lieu non loin de votre région. Le 21 juin prochain, il y aura des festivals, des concerts, de la danse et d’autres festivités dans les régions rurales et urbaines à travers tout le Canada.

4. Savourez un plat délicieux. Notre pays est une mosaïque de cultures de tous les coins du monde, chacune ayant sa propre cuisine. Explorez-les et découvrez de nouvelles saveurs et de nouveaux plats afin de mieux connaître vos voisins. Nous vous recommandons la soupe des trois soeurs, un plat traditionnel des peuples autochtones qui est souvent cuisiné durant les cérémonies et les rassemblements.

5. Allez voir un film. L’Office national du Film présente des oeuvres innovatrices de directeurs autochtones lors d’une tournée qui aura lieu toute l’année à travers le pays. Plus de 250 films, nouveaux et classiques, seront présentés dans des communautés d’un bout à l’autre du Canada. Pour en savoir davantage, visitez http://www.nfb.ca.

Selon Barb Brant, éducatrice, aînée et gardienne de la sagesse d’origine Mohawk, la Journée nationale des Autochtones offre une occasion idéale aux Canadiennes et aux Canadiens de se renseigner sur la diversité culturelle et les nombreuses contributions des peuples autochtones. « Les non Autochtones seront toujours les bienvenus au sein de la société autochtone, dit-elle. Toute personne qui souhaite s’y joindre, qui désire apprendre et explorer l’histoire et la culture autochtones sera toujours la bienvenue au sein de nos communautés, et sera considérée comme un visiteur. »

Pour en savoir davantage au sujet de la Journée nationale des Autochtones, consultez le site http://www.jna.gc.ca.

Affronter une maladie chronique

(EN) C’est à l’âge de 50 ans que Blake Bell a appris qu’il avait la maladie de Parkinson. Il a d’abord réagi comme plusieurs, dans le déni et le repli. Il a également souffert de dépression, un symptôme courant associé à cette maladie dégénérative du cerveau.

Dix années se sont écoulées depuis l’annonce du diagnostic. Au cours de cette période, il a refait sa vie en s’adaptant à la maladie de Parkinson. Il a créé une entreprise d’estimation en construction, a repris le travail à temps partiel et réactivé sa vie sociale. Blake Bell s’est même mis à l’exercice en faisant de la boxe. Il parvient ainsi à soulager ses symptômes et à trouver un soutien parmi ses pairs. Il participe également à des séances d’orthophonie.

« Aujourd’hui, j’arrive tout juste à tenir un tournevis dans mes mains, alors qu’avant je manipulais le marteau sans effort. » Blake Bell poursuit en expliquant l’incidence de la maladie de Parkinson sur sa vie de la façon suivante : « J’ai de la difficulté à accomplir plusieurs tâches à la fois, mon cerveau n’y arrive plus. »

Craignant d’être stigmatisé par la maladie, il a eu du mal à expliquer aux gens pourquoi il tremblait ou pourquoi il était plus lent et incapable de faire les choses comme avant. Il lui a fallu des années avant de se décider à parler librement de son diagnostic.

« Communiquer cette information, c’est quelque chose de très personnel », explique-t-il. Il a cependant décidé de le laisser savoir à tout le monde, il y a deux ans. « C’est difficile à expliquer, mais j’ai su que le moment était venu. »

Blake Bell a fait ses révélations sur Facebook en 2015, et 25 de ses amis l’ont appuyé lors de la Grande Randonnée Parkinson, la plus importante activité-bénéfice de Parkinson Canada. Il attribue une partie de sa guérison à cette activité.

En 2016, il est devenu le premier « héros national » de l’événement. Il a même pleuré en lisant certaines des lettres d’appui à sa candidature.

« On ne réalise pas l’influence que l’on a en étant simplement soi-même », confie-t-il.

En attendant la découverte d’un remède, il demande à tous de faire part de compréhension envers les personnes atteintes d’une invalidité ou d’une maladie chronique.