Les agriculteurs produisent plus tout en protégeant l’environnement

(EN) Les innovations en matière de produits de protection des cultures et de biotechnologie végétale aident les agriculteurs à produire davantage d’aliments, tout en prenant soin de l’environnement.

« Grâce aux technologies de la phytologie, ou science des plantes, les producteurs sont en mesure de maximiser leur production sur les meilleures terres agricoles du pays, ce qui permet de préserver la biodiversité, de lutter contre les changements climatiques et de conserver les ressources naturelles », explique Pierre Petelle, vice-président à la chimie chez CropLife Canada, l’association qui représente les fabricants, les développeurs et les distributeurs de produits antiparasitaires et de produits issus de la sélection végétale moderne.

Sans les pesticides et la biotechnologie végétale, les agriculteurs de tout le pays devraient cultiver près de 50 % plus de terres pour produire la même quantité d’aliments – soit plus que la superficie totale combinée du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard.

« Puisque les producteurs utilisent les meilleures terres du Canada pour produire nos aliments, il est possible de préserver les habitats naturels qui abritent une diversité d’espèces, et ainsi de protéger la biodiversité », affirme Pierre Petelle.

La capacité des agriculteurs de produire davantage sur les terres existantes permet de soustraire à l’agriculture 35 millions d’acres de forêts, de prairies indigènes et de milieux humides, estime-t-on.

« Les producteurs agricoles ont été les premiers environnementalistes : comme leur entreprise dépend de la terre, ils prennent très au sérieux le rôle qu’ils jouent dans la protection de l’environnement. »

Pour en apprendre davantage sur la manière dont les agriculteurs protègent l’environnement, visitez le site aiderlecanadaacroitre.ca.

Advertisements

Sandwich au concombre

(EN) Le matin est un moment particulièrement occupé pour toutes les familles québécoises. Il faut habiller les enfants, préparer le déjeuner, faire les boîtes à lunch et parfois même planifier le souper. C’est normal que le temps et l’inspiration finissent par manquer! Pour vous aider à créer des repas variés qui donneront le sourire, Audrée Archambault, fondatrice du blogue style de vie ElleM, partage sa recette de sandwich au concombre fait avec le pain 14 Céréales Bon Matin.

Ingrédients

• 2 tranches de pain 14 Céréales Bon Matin

• 1/3 de concombre, coupé en tranches fines

• 30 ml (2 c. à soupe) de fromage à la crème (à température de la pièce)

• 7,5 ml (1/2 c. à soupe) d’aneth frais

• Quelques gouttes de jus de citron

• Sel et poivre, au goût

Préparation

1. Mélanger le fromage à la crème avec l’aneth et le jus de citron.

2. Assaisonner au goût et tartiner une tranche de pain.

3. Ajouter les concombres, puis refermer.

http://www.leditionnouvelles.com

Tartine ricotta & tomates cerises

(EN) Vous recherchez une adorable petite attention afin de souligner une occasion spéciale, mais vous ne vous considérez pas comme le meilleur chef qui soit. Sachez qu’il est très facile de créer une recette qui saura émoustiller les papilles des gens lors d’une célébration. Il faut simplement faire place à l’imagination et mélanger des aliments frais pour en créer un chef d’œuvre. Pour ce faire, Audrée Archambault, du blogue ElleM, a transformé en délicieux canapé son pain 14 Céréales Bon Matin et nous propose sa recette.

Ingrédients

• 1 tranche de pain 14 Céréales Bon Matin

• Une douzaine de tomates cerises, tranchées en deux

• 30 ml (2 c. à soupe) de ricotta

• 7,5 ml (½ c. à soupe) de ciboulette hachée (+ quelques tiges pour décorer)

• Quelques gouttes de vinaigre balsamique

• Sel et poivre, au goût

Préparation

1. Mélanger la ricotta et la ciboulette, et assaisonner au goût.

2. Tartiner la tranche de pain avant d’ajouter les tomates.

3. Décorer avec les tiges de ciboulette, et ajouter quelques gouttes de vinaigre balsamique, sur le dessus.

http://www.leditionnouvelles.com

Offrez-vous des vacances en famille qui n’exigent pas d’efforts

(EN) Un voyage réussi en été commence au moment où vous faites vos réservations d’avion. Andrea Traynor, une mère de deux enfants et experte en voyages à MommyGearest.com, donne des conseils de pro pour partir du bon pied.

1. Simplifiez-vous la vie à l’aéroport. Essayez de ne prendre que des bagages de cabine. Ils sont plus faciles à gérer quand il faut s’occuper de jeunes enfants, et évitent d’avoir à attendre au carrousel après un long vol. Si vous prévoyez enregistrer un bagage, mettez des vêtements de rechange et des articles indispensables dans vos bagages de cabine.

2. Faites participer les enfants. Les enfants qui sont excités seront ravis de vous aider à préparer les bagages, surtout si vous leur remettez une liste d’articles et leur donnez ensuite le champ libre. Laissez-les choisir leurs sacs ou valises; cela encouragera leur indépendance et les incitera à vous aider.

3. Apportez des surprises pour le vol. Andrea Traynor fait plaisir à ses enfants et évite qu’ils s’ennuient en leur offrant un nouveau livre ou jouet toutes les heures ou deux. « Ça n’a pas besoin d’être cher; j’aime aller dans un magasin à un dollar où je peux faire le plein d’articles comme des crayons-feutres lavables et des trousses d’activité. Il faut simplement éviter les objets bruyants et les petites pièces! Vous pouvez aussi inscrire vos enfants gratuitement au programme Air Canada Altitude Aéronautes. Ainsi, on leur donnera des livres à colorier, des écussons et d’autres choses amusantes. »

4. Maman est aussi en vacances. Profitez des prestations offertes par le transporteur aérien ou l’hôtel pour tenir vos enfants occupés. Par exemple, Air Canada propose des divertissements à bord pour les familles et la sélection gratuite des places afin que les enfants soient assis avec leurs parents. De plus les équipages d’Air Canada Rouge reçoivent une formation spéciale à l’Institut Disney pour amuser les enfants pendant le vol.

5. Suivez un horaire (flexible). Ce n’est pas parce que vous êtes en vacances que les heures des repas et des siestes doivent être bouleversés, et le maintien d’une routine facilitera grandement le retour à la maison et aux habitudes quotidiennes. Même si vous êtes du genre à fixer des horaires, laissez vos enfants choisir des activités qu’ils veulent faire au lieu de leur imposer un itinéraire sans aucune flexibilité, et n’oubliez pas de laisser tous les jours un peu de place pour la spontanéité et les jeux libres.

Approuvés par les palais difficiles à contenter : les beignets aux légumes sans gluten

(EN) On ne naît pas capricieux, on le devient. Le palais d’un enfant arrive à maturité autour de l’âge de 3 ans, et les aliments qu’il consomme jouent un rôle déterminant dans ses préférences alimentaires futures. Si votre enfant est difficile à contenter, il y a de fortes chances que ses préférences alimentaires incluent des condiments et des sauces sucrés qui sont souvent servis avec des aliments gras et peu nutritifs. Et il n’est pas le seul à faire la fine bouche: des sondages démontrent que seulement deux enfants canadiens sur cinq consomment leurs sept portions de fruits et légumes par jour.

L’un des plus vieux trucs pour inciter les enfants à manger plus de légumes est de réduire les légumes en purée pour les cacher dans un met. Des ingrédients polyvalents et légèrement sucrés comme la moutarde de Dijon au miel de la marque française Maille peuvent vous prêter main forte pour concocter des sauces ou trempettes mielleuses pour napper les légumes crus, grillés ou cuits à la vapeur. Avec seulement 15 calories par cuillère à thé, la moutarde au miel ajoute un goût sucré à vos mets préférés. Après tout, si les légumes goûtent meilleur, vos enfants auront plus envie d’en manger.

Beignets aux légumes sans gluten

Ingrédients

• 2 pommes de terre moyennes, cuites et pilées

•1 œuf, légèrement battu

• 10 ml (2 c. à thé) de moutarde de Dijon au miel Maille

• 250 ml (1 tasse) de courgettes, finement hachées

• 180 ml (3/4 de tasse) de carottes, râpées

• 30 ml (2 c. à soupe) d’huile d’olive

• Sel et poivre, au goût

Préparation

1. Dans un bol moyen, combiner les pommes de terre, l’œuf et la moutarde de Dijon au miel Maille. Incorporer les courgettes, les carottes, le sel et le poivre. Former des boulettes de 2,5 cm et laisser refroidir pendant au moins une heure.

2. Dans une grande poêle, cuire les beignets à feu mi-élevé, en les retournant une seule fois, jusqu’à l’obtention d’une couleur brun doré, environ 10 minutes; tapoter avec un essuie-tout.

Découvrez d’autres recettes à base de moutarde et imprimez des bons-rabais sur des produits à maille.ca.

Vous venez d’arriver au Canada ? Voici comment vous préparer à votre première année

(EN) S’installer dans un nouveau pays peut être une expérience à la fois motivante et éprouvante. C’est une période de changement. Bien s’y préparer et savoir quoi faire en priorité peut grandement faciliter votre installation.

« Émigrer n’est pas facile. Effectuer les démarches essentielles facilitera l’acclimatation à la vie au Canada et contribuera à vous engager dès le début sur la voie de la réussite », affirme Ivy Chiu, directrice générale principale, Marchés culturels, RBC.

Les 100 premiers jours suivant l’arrivée au pays sont des plus importants. Voici quelques conseils pour établir les bonnes priorités à votre arrivée :

1. Rendez-vous aux bureaux de services gouvernementaux de votre quartier afin d’obtenir d’importants documents émis par le gouvernement. Parmi ceux dont vous pourriez avoir besoin, il y a la carte d’assurance sociale, nécessaire pour travailler ou faire des demandes au titre de programmes gouvernementaux, la carte d’assurance maladie, qui couvre divers services, et le permis de conduire. Pour en savoir plus, allez à Canada.ca.

2. La prochaine étape consiste à trouver des fournisseurs de soins de santé près de vous, dont un médecin de famille. Votre carte d’assurance maladie vous donne accès à de nombreux services gratuits, mais elle ne couvre pas tout. Vous devrez donc déterminer s’il vous faut une protection d’assurance supplémentaire.

3. Ouvrez un compte bancaire canadien pour commencer le plus tôt possible à établir des antécédents de solvabilité. Au Canada, pour réaliser de gros achats, comme une voiture ou une maison, vous aurez besoin de crédit et d’antécédents de solvabilité, qui pourraient aussi vous être nécessaires pour régler des factures de téléphone cellulaire, le loyer et d’autres dépenses mensuelles. Vous trouverez des renseignements supplémentaires sur les services bancaires aux nouveaux arrivants à rbc.com/newcomers/nouveaux-arrivants.

4. Établissez un réseau social dans votre nouvelle collectivité. Il existe beaucoup de services gratuits et d’organismes communautaires à l’intention des nouveaux arrivants. Vous pouvez même faire des recherches avant votre arrivée, pour vous préparer à participer à des rencontres et à des activités sociales.

5. Gardez un lien avec vos racines en vous joignant à des associations culturelles. Ce lien avec ce qui vous est familier peut faciliter la transition à votre nouvelle vie et vous aider à vous faire des amis.

Comprendre ce qu’est le capital négatif avant l’achat d’un nouveau véhicule

(EN) Un nombre croissant d’acheteurs d’automobiles mettent leurs finances en péril en se plaçant en situation de capital négatif. Cela se produit lorsque le montant du prêt-auto est supérieur à la valeur du véhicule quand il y a revente, échange ou perte à la suite d’un accident.

La possibilité d’avoir des paiements mensuels moins élevés étant une source d’attrait, bien des gens choisissent un prêt-auto à long terme d’une durée de six à huit ans, plutôt qu’un prêt plus traditionnel de cinq ans ou moins. Si vous choisissez cette première option cependant, vous voudrez peut-être quand même vous procurer une nouvelle auto avant le remboursement intégral du prêt à long terme — ce qui arrive habituellement après quatre ans. Vous tenterez possiblement de refinancer le montant impayé de la dette que vous avez contractée à l’achat de votre voiture précédente en l’ajoutant à votre prochain prêt-auto.

Selon la commissaire de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada, Lucie Tedesco, « l’ajout d’anciennes dettes aux nouvelles entraîne les consommateurs dans un cercle vicieux de paiement de voitures qu’ils ne conduisent plus. Ils augmentent ainsi leur dette globale pour acheter des biens qui perdent de la valeur avec le temps. Si vous augmentez votre niveau d’endettement, il est fort probable que la banque sera moins encline à vous accorder un prêt, et qu’elle vous imposera un taux d’intérêt plus élevé sur le prêt qu’elle vous consentira. »

Le capital négatif peut mettre en péril les finances de votre ménage si votre voiture est déclarée perte totale à la suite d’un accident et que votre compagnie d’assurance vous rembourse sa valeur marchande, qui est inférieure au montant que vous devez encore rembourser. Vous pourriez également vous retrouver en situation vulnérable si vous deviez faire face à un imprévu, comme la perte de votre emploi, et vous vous verriez forcé de vendre votre automobile. Dans ce cas, vous devrez compenser la différence entre le prix de vente de votre automobile et le montant qu’il vous reste à payer.

Vous pouvez éviter cette fâcheuse situation en prenant de bonnes décisions au moment de financer l’achat de votre automobile. Plus la durée de votre prêt-auto est longue, plus vous devrez attendre avant de voir votre capital négatif se transformer en valeur nette positive. Par exemple, si vous optez pour un prêt-auto d’une durée de huit ans, votre prêt sera supérieur à la valeur de votre automobile jusqu’à la septième année de votre prêt.

Comme le souligne Mme Tedesco : « Les prêts à long terme permettent de réduire le montant des paiements réguliers, mais coûtent plus cher aux consommateurs à la longue. »

Elle vous conseille d’éviter un capital négatif en achetant un véhicule qui correspond mieux à vos moyens et à vos besoins plutôt qu’à vos désirs plus dispendieux. Vous pouvez également choisir le terme le plus court possible selon votre budget et verser une mise de fonds la plus élevée possible selon vos moyens.

Servez-vous de la calculatrice budgétaire de l’ACFC pour vous aider à planifier l’achat de votre prochaine voiture en consultant le site Canada.ca.

Les changements climatiques et l’agriculture

(EN) La technologie a une incidence sur tellement d’aspects de notre vie – depuis les téléphones intelligents, qui nous permettent de rester en contact, jusqu’aux appareils GPS, qui nous empêchent de nous perdre. Il n’est donc pas surprenant que les agriculteurs canadiens tirent eux aussi profit des innovations technologiques, afin de produire des cultures plus robustes, plus saines et plus abondantes.

En fait, la technologie joue un rôle important en agriculture, en aidant les producteurs à s’adapter à l’évolution des conditions météorologiques et à être plus efficaces dans leur ferme, afin d’atténuer les effets potentiels des changements climatiques.

« Les technologies de la phytologie (ou science des plantes), tels les pesticides et la biotechnologie végétale, contribuent à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans une proportion pouvant atteindre 29 millions de tonnes par an au Canada, en permettant aux agriculteurs de limiter l’utilisation des terres, le travail du sol et les passages de la machinerie dans les champs », dit Ian Affleck, directeur général de la biotechnologie végétale à CropLife Canada.

Ces technologies continueront de jouer un rôle clé dans l’avenir de l’agriculture, étant donné que les changements climatiques vont continuer de causer des phénomènes météorologiques inhabituels et imprévisibles partout sur la planète.

« Nous mettons au point, pour l’avenir, de nouvelles variétés de cultures plus résistantes à la sècheresse et aux autres conditions climatiques extrêmes, ajoute Ian Affleck. Comme on prédit un accroissement des épisodes de chaleur excessive, des sècheresses et des inondations, ainsi que l’augmentation de la température terrestre de deux à trois degrés Celsius d’ici 50 ans, les technologies de la phytologie changeront la donne en aidant les agriculteurs à continuer de produire des aliments sûrs et abondants, pour une population mondiale croissante. »

http://www.leditionnouvelles.com

Planifier des vacances estivales quand on est parents : conseils d’une spécialiste

(EN) Vous vous demandez déjà de quelle façon occuper vos enfants durant l’été? Voici quelques conseils qui permettront à vos enfants de s’amuser et d’apprendre tout en étant stimulés, selon Shani Halfon, éducatrice de la petite enfance et analyste de l’exercice professionnel à l’Ordre des éducatrices et des éducateurs de la petite enfance.

1. Profitez des temps libres. Même si leur emploi du temps change en l’été, vos enfants seront en mesure de se réadapter à la rentrée en septembre, tout comme vous. « Les temps d’arrêt et le repos sont des facteurs importants du développement d’un enfant, explique Mme Halfon. Les parents n’ont pas à s’en faire si leurs enfants n’ont pas d’emploi du temps structurée durant les vacances estivales. Cela leur donne l’occasion de jouer longtemps de façon ininterrompue. »

2. Communiquez avec votre communauté. Votre quartier offre sûrement plusieurs événements gratuits. Renseignez-vous concernant les activités communautaires comme les festivals, les pièces de théâtre, les marchés, les sentiers pédestres et les activités organisées par les bibliothèques. Pour ne rien manquer, lisez les journaux locaux, suivez les entreprises et les organisations locales sur les réseaux sociaux, et inscrivez-vous pour recevoir les courriels et les infolettres communautaires.

3. Découvrez de nouvelles expériences. Les familles ne peuvent pas toujours se permettre de partir en vacances, mais vous pouvez quand même offrir à vos enfants de nouvelles expériences dont ils se souviendront longtemps, ne serait-ce que pour une journée ou un week-end. Prenez l’air, profitez des longues journées d’ensoleillement, et partez à la découverte des espaces verts qui vous entourent. Vous pouvez également faire un pique-nique au parc de votre quartier ou à proximité du terrain de jeu d’une école.

4. Planifiez une stratégie de garde d’enfants. Il n’est pas toujours facile pour les parents de trouver quelqu’un pour veiller sur les enfants pendant qu’ils sont au travail, mais il y a tout de même diverses options. Certaines municipalités, certains centres communautaires et organismes comme le YMCA offrent des camps de jour subventionnés. Si vous avez l’intention d’envoyer vos enfants dans un camp, vous pouvez les inscrire une semaine sur deux ou alterner avec une autre option de garde, ce qui leur permettra de profiter des avantages d’une routine précise tout en ayant des périodes libres durant les vacances estivales.

5. Soyez attentif aux besoins de votre enfant. Si vos enfants apprécient la routine, essayez de garder les mêmes heures pour les repas et le coucher. « Les parents savent de quoi leurs enfants ont besoin. Vous êtes donc la personne la mieux placée pour décider de l’horaire estival de vos enfants et leur procurer l’équilibre dont ils ont besoin », ajoute Mme Halfon.

Pour en apprendre davantage sur les éducatrices et les éducateurs de la petite enfance, consultez le site http://www.odre-epe.ca.

Sandwich de fraises et de basilic

.

(EN) Avec l’arrivée du beau temps, pourquoi ne pas transformer votre sandwich traditionnel à l’aide de fruits et d’herbes de saison? Pour donner un goût de vacances à votre déjeuner, Audrée Archambault, du blogue ElleM, vous propose une de ses savoureuses créations.

Ingrédients

• 2 tranches de pain 14 Céréales Bon Matin

• 80 ml (1/3 tasse) de fraises, tranchées

• 30 ml (2 c. à soupe) de yogourt grec nature

• 5 ml (1 c. à thé) de miel

• 7,5 ml (1/2 c. à soupe) de basilic frais

Préparation

1. Mélanger le yogourt avec le basilic et le miel.

2. Tartiner une tranche de pain.

3. Ajouter les fraises sur la tranche de pain, puis refermer.