Affronter une maladie chronique

(EN) C’est à l’âge de 50 ans que Blake Bell a appris qu’il avait la maladie de Parkinson. Il a d’abord réagi comme plusieurs, dans le déni et le repli. Il a également souffert de dépression, un symptôme courant associé à cette maladie dégénérative du cerveau.

Dix années se sont écoulées depuis l’annonce du diagnostic. Au cours de cette période, il a refait sa vie en s’adaptant à la maladie de Parkinson. Il a créé une entreprise d’estimation en construction, a repris le travail à temps partiel et réactivé sa vie sociale. Blake Bell s’est même mis à l’exercice en faisant de la boxe. Il parvient ainsi à soulager ses symptômes et à trouver un soutien parmi ses pairs. Il participe également à des séances d’orthophonie.

« Aujourd’hui, j’arrive tout juste à tenir un tournevis dans mes mains, alors qu’avant je manipulais le marteau sans effort. » Blake Bell poursuit en expliquant l’incidence de la maladie de Parkinson sur sa vie de la façon suivante : « J’ai de la difficulté à accomplir plusieurs tâches à la fois, mon cerveau n’y arrive plus. »

Craignant d’être stigmatisé par la maladie, il a eu du mal à expliquer aux gens pourquoi il tremblait ou pourquoi il était plus lent et incapable de faire les choses comme avant. Il lui a fallu des années avant de se décider à parler librement de son diagnostic.

« Communiquer cette information, c’est quelque chose de très personnel », explique-t-il. Il a cependant décidé de le laisser savoir à tout le monde, il y a deux ans. « C’est difficile à expliquer, mais j’ai su que le moment était venu. »

Blake Bell a fait ses révélations sur Facebook en 2015, et 25 de ses amis l’ont appuyé lors de la Grande Randonnée Parkinson, la plus importante activité-bénéfice de Parkinson Canada. Il attribue une partie de sa guérison à cette activité.

En 2016, il est devenu le premier « héros national » de l’événement. Il a même pleuré en lisant certaines des lettres d’appui à sa candidature.

« On ne réalise pas l’influence que l’on a en étant simplement soi-même », confie-t-il.

En attendant la découverte d’un remède, il demande à tous de faire part de compréhension envers les personnes atteintes d’une invalidité ou d’une maladie chronique.

Comment avoir accès aux renseignements personnels que détiennent des entreprises à votre sujet

(EN) Vous êtes-vous déjà demandé ce que font les entreprises de tous les renseignements personnels qu’elles recueillent auprès de vous? L’expression « liberté d’information » évoque peut-être l’image de journalistes qui passent au crible des documents gouvernementaux, mais vous aussi pouvez demander à avoir accès aux renseignements personnels que détiennent des entreprises du secteur privé à votre sujet.

La Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques est la loi fédérale qui régit la protection des renseignements personnels dans le secteur privé au Canada. Elle établit les règles de base pour le traitement des renseignements personnels dans le cadre d’activités commerciales.

En général, les individus ont le droit d’avoir accès aux renseignements personnels que détient une entreprise à leur sujet. Il peut s’agir, par exemple, de l’historique des transactions financières, des antécédents de crédit, de l’opinion d’autres personnes concernant quelqu’un, de photographies ou d’un enregistrement audio ou vidéo où l’on voit ou entend une personne. L’entreprise doit leur donner un accès rapide à tous les renseignements, à peu de frais ou gratuitement.

En vertu de la loi fédérale sur la protection des renseignements personnels, les entreprises doivent répondre aux demandes d’accès dans les 30 jours.

Elles peuvent refuser l’accès aux renseignements personnels dans certaines circonstances – par exemple, lorsque la loi leur interdit de les communiquer.

Les individus qui estiment qu’une organisation retient des renseignements ont le droit de porter plainte auprès du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada.

Ils ont aussi le droit de demander à une entreprise de corriger toute erreur factuelle ou omission, et l’entreprise est tenue de le faire lorsque le demandeur fournit des preuves à l’appui de sa demande. Si un individu ne peut s’entendre avec l’entreprise pour qu’elle modifie les renseignements, il a le droit de lui demander l’ajout d’une note faisant état de ses préoccupations.

Pour obtenir plus d’information en ligne, allez à priv.gc.ca.

Rouler plus vite vous fait-il vraiment gagner du temps?

(EN) Qui n’a pas vécu cette situation — vous êtes en retard au travail, pour un rendez-vous ou pour aller chercher les enfants à la garderie. Vous roulez plus vite avec l’espoir d’arriver à destination plus rapidement, mais est-ce vraiment ce qui se produit ? Vaut-il la peine de rouler à toute vitesse et de gaspiller du carburant pour parvenir plus vite à destination?

La réponse est non. Pensez-y — un véhicule qui roule à 120 km/heure consomme environ 20 % de plus de carburant que lorsqu’il roule à 100 km/heure. Lors d’un trajet de 25 km, une telle augmentation de la vitesse et de la consommation de carburant ne réduirait que de deux minutes la durée de votre déplacement. Par exemple, si votre véhicule utilise 10 $ de carburant pour rouler à 100 km/h sur une certaine distance, il vous en coutera 12 $ pour rouler à 120 km/h sur la même distance. C’est comme si vous jetiez deux huards par la fenêtre à tous les 100 kilomètres.

La sécurité est également un facteur dont il faut tenir compte. Il est plus risqué de rouler à toute vitesse, car vous avez moins de temps pour réagir face à une situation dangereuse.

Finalement, si vous désirez conduire de façon écoénergétique et économique, évitez de rouler à toute vitesse. Vous favoriserez la sécurité routière en plus de protéger l’environnement des émissions de gaz à effet de serre et d’économiser de l’argent.

Vous trouverez des conseils d’écoConduite supplémentaires en visitant le site de Ressources naturelles Canada à vehicules.gc.ca.

Comment éliminer les espèces envahissantes de votre jardin

(EN) Les espèces végétales envahissantes peuvent se révéler des terreurs dévastatrices et désastreuses pour les plantes, la biodiversité, les terres humides et les champs agricoles.

Les espèces envahissantes sont plus qu’un fléau pour les jardiniers et les agriculteurs : elles peuvent supplanter la végétation indigène environnante, détruire d’importants habitats naturels et anéantir la faune. Ces plantes rivalisent avec les fleurs et cultures indigènes pour la lumière du soleil, l’humidité et les éléments nutritifs.

Selon l’Agence canadienne d’inspection des aliments, les plantes envahissantes présentes dans les cultures et les pâturages occasionnent un manque à gagner estimé à 2,2 milliards $ par an. Elles contribuent en effet à réduire les rendements et la qualité des cultures, tout en faisant augmenter les coûts de désherbage et de récolte.

D’apparence innocente, la renouée du Japon ressemble au bambou en fleurs. Cette plante, apportée en Europe depuis le Japon dans les années 1800, était très appréciée pour sa capacité à s’enraciner et à croître n’importe où – un attribut qui pose aujourd’hui de sérieux problèmes. Bien qu’elle fût autrefois prisée pour son feuillage luxuriant et ses jolies fleurs blanches, la renouée est une espèce envahissante dont vous ne voulez pas dans votre jardin.

Cette plante se propage rapidement par les racines. Ses longs rhizomes l’aident à résister à l’élimination par excavation ou par tonte. Rustique et apparemment indestructible, la renouée peut atteindre une hauteur de cinq mètres ou plus; quant à ses racines, elles peuvent s’enfoncer jusqu’à trois mètres dans le sol et s’étendre sur un rayon de dix mètres autour de la tige. Ce végétal est capable de pousser à travers le béton, les fondations de maisons et l’asphalte. Il peut semer la destruction en tout lieu, abîmant les infrastructures, les constructions et les champs des agriculteurs.

En raison des problèmes que causent les espèces envahissantes, il est impératif de les éradiquer sans tarder. Si on ne fait que couper la plante, sans utiliser d’herbicide, cela risque de stimuler sa croissance et d’endommager l’écosystème environnant.

Les herbicides sont le meilleur moyen de lutter contre les espèces envahissantes. Contrairement aux autres méthodes d’élimination, ils s’attaquent – littéralement – à la racine du problème et tuent efficacement la plante entière.

Les angles morts de l’assurance : trois erreurs fréquentes qui pourraient vous coûter cher

.(EN) L’achat d’une maison est sans doute le plus important investissement que vous ferez dans votre vie. C’est pourquoi il est essentiel de protéger ce précieux actif contre tout risque potentiel.

Les effets dévastateurs d’un sinistre grave affectant votre maison peuvent porter un coup dur à vos finances si vous n’êtes pas bien assuré. En tant que propriétaire, il importe d’acquérir une couverture adéquate pour protéger votre famille et vous-même de lourdes pertes financières advenant un tel événement.

Même si l’assurance habitation couvre généralement l’ensemble de la maison et de son contenu, certains articles peuvent ne pas être couverts. La plupart des propriétaires croient qu’une police d’assurance habitation de base répond à leurs besoins, mais, en vérité, chaque cas est unique et votre police doit tenir compte de vos particularités. C’est pourquoi il est important de prendre le temps d’en apprendre davantage sur les différentes options qui s’offrent à vous.

Voici certaines des situations qui sont souvent négligées en ce qui a trait à l’assurance habitation :

1. Assurance inondation/refoulement d’égouts – La plupart des assurances de base ne couvrent pas les inondations. belairdirect vous offre une option « dégâts d’eau » qui vous propose une meilleure protection et qui peut être ajustée à vos besoins et à votre budget.

2. Séisme – Ce désastre naturel est rarement inclus dans les polices d’assurance habitation. Même si le Québec n’est pas aussi vulnérable aux séismes que la Colombie-Britannique, la province demeure la deuxième région sismique la plus active au Canada. Mieux vaut se préparer et évaluer toutes les couvertures dont vous pourriez avoir besoin.

3. Objets précieux – Vos possessions les plus chères, comme une bague de fiançailles ou un bijou précieux, ne sont peut-être pas adéquatement couvertes par une police d’assurance habitation standard, car les limites varient d’une police à une autre. Si vous devez augmenter le montant de la couverture d’un objet particulier, vous pouvez demander une assurance flottante ou un avenant pour le protéger.

Pour obtenir plus d’information, visitez le belairdirect.com.

Populations de tiques à la hausse : que faire pour prévenir les piqûres

(EN) Partout au pays, les populations de tiques et de puces ont continué à croître à un rythme alarmant en 2017; on retrouve maintenant des foyers d’infestation dans les régions urbaines, comme celles de Toronto, de Kingston et de Vancouver. Cet accroissement, qui s’observe année après année, est lié aux changements touchant le climat et les populations d’animaux sauvages, qui se traduisent par des milieux plus favorables à la prolifération des parasites. Cette invasion urbaine entraîne une hausse des cas de piqûres de tiques chez les humains et les animaux de compagnie, augmentant les besoins en matière de solutions contre les tiques.

« Il est indéniable que les tiques sont en progression au Québec, et ce, même en milieu urbain, explique Dre Lynda Martin, vétérinaire à Ste-Hyacinthe et collaboratrice à la campagne La cure antipiqûre. Les tiques, lorsqu’elles piquent, se nourrissent du sang de votre animal et peuvent transmettre plusieurs maladies, dont la maladie de Lyme. Une fois que la tique a piqué votre animal de compagnie, elle peut lui transmettre cette infection en aussi peu que 24 heures. Les tiques peuvent également contaminer un membre de votre famille. »

La Dre Martin veut faire connaître les traitements contre les puces et les tiques qui tuent les parasites au contact, avant que ces derniers puissent piquer.

« Je prends toujours le temps d’expliquer à mes clients à quel point il est important de faire de la prévention contre les puces et les tiques. Sur le plan financier, les frais à débourser de façon saisonnière pour les produits qui préviennent les piqûres par les tiques et les puces sont considérablement moins élevés que ceux exigés pour diagnostiquer et traiter les maladies transmises par ces parasites. »

Dre Martin a directement constaté l’augmentation des cas d’infestation de tiques et de puces, puisqu’il travaille comme Vétérinaire dans une clinique de La Montérégie.

« Mes collègues de travail et moi avons retiré, sur les animaux de compagnie de nos clients, plus de tiques au cours des trois dernières années que durant les dix années précédentes. Je vérifie aussi la présence de tiques sur mon propre chien après chaque sortie extérieure. »

Pour un complément d’information, consultez le site cureantipiqure.ca

Cet été, restez au frais sur votre terrasse ou votre quai

(EN) Une fois l’été arrivé, les fins de semaine se passent à l’extérieur. Nous voulons tous profiter des longues journées et prendre part aux activités familiales ou recevoir des amis ou des voisins. Votre espace extérieur doit donc être digne de la belle saison.

Si votre surface extérieure en bois n’a pas été traitée avec un enduit protecteur pour terrasses et quais, vous aurez l’impression d’avoir les pieds sur de la braise lorsque vous marcherez dessus. De nouveaux revêtements peuvent rafraichir les surfaces extérieures en bois de façon à éviter ce problème. Par exemple, le revêtement élastomère pour quais et terrasses Duckback avec technologie Cool Feel parvient à réduire la température de la surface de 11 °C et peut être utilisé sur du bois neuf ou ancien, sur du béton et même sur des surfaces extérieures existantes déjà peintes ou teintes.

Les membres de l’équipe de recherche et développement de Duckback recommandent l’utilisation d’un revêtement souple et épais pour assurer la fraicheur et le confort de votre quai tout l’été. En plus de vous procurer un bien-être agréable, ce genre d’enduit est conçu pour protéger, rehausser et imperméabiliser les surfaces de bois et de béton. Sa formule offre une protection durable contre les moisissures et les effets dommageables du soleil.

Pour un entretien exceptionnel de votre terrasse, ajoutez l’additif antidérapant à votre produit de revêtement afin d’obtenir une surface antidérapante et rafraichissante.

Cet été, assurez le bonheur de vos pieds en rafraichissant votre terrasse et votre quai avec la technologie Cool Feel.

http://www.leditionnouvelles.com